Accueil Placements bancaires La composition du patrimoine des ménages reste stable

La composition du patrimoine des ménages reste stable

La crise sanitaire n’aura, finalement que peu influencé la composition du patrimoine des ménages. L’épargne Covid estimée à 175 milliards d’euros sur deux ans n’a pas bouleversé la hiérarchie des placements affirme l’Insee dans une publication du 3 mai.

Aujourd’hui, en France (hors Mayotte), 93.3 % des ménages possèdent au moins un actif financier (autre qu’un compte-chèques), immobilier ou professionnel. Dans le détail, « 12,6 % des ménages possèdent les trois à la fois et 57,6 % à la fois du patrimoine financier et immobilier. Parmi les produits financiers, 7,8 % des ménages possèdent en 2021 un portefeuille diversifié, comprenant au moins un livret d’épargne, un produit d’épargne logement, des valeurs mobilières, et un produit d’épargne retraite ou d’assurance-vie.  À l’opposé, 11,3 % des ménages ne détiennent aucun de ces produits financiers ».

Patrimoine : le Livret A à la première place

Côté produit, le Livret A dont le taux d’intérêt a doublé récemment (passant de 0.5 % à 1 % en raison de l’inflation), maintient sa position sur la première place du podium du patrimoine: 83,9 % des ménagent en possèdent au moins un. De manière générale, les livrets défiscalisés sont plébiscités par les Français. Ainsi « 35,9 % des ménages détiennent un livret de développement durable et solidaire (LDDS), 16,4 % un livret d’épargne populaire (LEP) et 10,9 % un livret jeune ».

Deuxième placement financier, l’assurance vie ne cesse de prendre une place de choix au sein du patrimoine des Français depuis 2010. Actuellement, 40,5 % des ménages en possèdent au moins un contrat. Une part en progression de 1,3 point depuis 2018. Selon les analyses de l’Insee, « la hausse de la détention sur la période récente ne serait donc pas directement à relier au surcroît d’épargne de 2020, mais serait surtout la poursuite d’une tendance plus longue de recours accru à ce produit depuis dix ans. De fait, la détention d’assurance-vie progresse de manière continue depuis 2010 (+ 5,5 points) ».

A noter, la croissance continue des contrats multisupports, qui permettent l’investissement sur des unités de compte mais présentent un risque de perte en capital. « La part des ménages qui en détiennent passe de 13,3 % à 16,8 %, et ces produits représentent 40,9 % des contrats d’assurance-vie en 2021 contre 33,6 % en 2015 ».

A la troisième place du podium figurent les PEL et CEL, mais leur attractivité diminue. Un peu plus de 30 % des ménages en sont titulaires. « Parmi eux, 58,9 % ne détiennent qu’un PEL, 18,6 % uniquement un CEL et 22,4 % ont les deux produits. La détention de CEL baisse de manière constante depuis 2010 (– 4,3 points), alors que celle de PEL, en hausse entre 2010 et 2018 (+ 4,6 points), marque le pas entre 2018 et 2021 (– 2,8 points) ».

L’immobilier reste un placement de choix

De son côté, l’immobilier reste une part importante de la composition du patrimoine des ménages puisque 61,2 % possèdent au moins un bien. Une part stable depuis une dizaine d’années. De manière plus précise,  « 57,5 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale et 19,2 % possèdent un autre logement (résidence secondaire, logement vacant, loué ou mis à disposition gratuitement). La détention d’autres logements augmente légèrement depuis 2018 (+ 0,9 point), surtout du fait des résidences secondaires ».

A noter, toutefois que depuis 2010, « la détention immobilière a diminué de 7,3 points pour les ménages dont la personne de référence a entre 50 et 59 ans et de 6,2 points pour les sexagénaires. Ces diminutions pourraient traduire un accès à la propriété plus difficile pour les générations nées au tournant des années 1960, mais aussi résulter d’une désaccumulation au moment du passage à la retraite ».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here