Accueil Économie Dans la zone euro, la croissance décolle

Dans la zone euro, la croissance décolle

Bonne nouvelle pour la zone euro. Selon l’indice PMI composite du cabinet IHS Markit publié cette semaine, la croissance de l’activité a fortement accéléré dans le secteur privé en février. L’indice a en effet gagné 3,5 points pour s’établir à 55,8 contre 52,3 en janvier. C’est sa plus forte progression mensuelle depuis mars 2021 qui s’explique en grande partie par la levée d’une partie des restrictions prises suite à l’émergence du variant Omicron.

La croissance au plus haut dans les services

Comme le note le cabinet IHS Markit, c’est dans le secteur des services que le regain de croissance a été le plus marqué. La hausse est particulièrement marquée dans le secteur des voyages et du tourisme comme dans celle des prestataires de services en contact directe avec la clientèle. Au total, l’indice PMI Flash de l’activité de services dans la zone euro se redresse à 55,8 (51,1 en janvier). C’est un plus haut de 3 mois.

Moins marquée, la croissance de la production manufacturière s’est elle-aussi légèrement accélérée au cours du mois, et a atteint son plus haut niveau depuis septembre. Cette tendance s’est appuyée sur une amélioration des chaînes d’approvisionnement, le taux d’allongement des délais de livraison d’intrants ayant affiché son plus faible niveau depuis janvier2021. L’indice PMI Flash de la production manufacturière dans la zone euro s’est établi à 55,6 contre 55,4 en janvier (plus haut de 5 mois).

La France en pole position

Cocorico, dans cet ensemble, la France tire nettement son épingle du jeu. En effet, c’est dans l’Hexagone que que le regain de croissance a été le plus marqué, l’activité globale ayant enregistré sa plus forte augmentation depuis juin 2021.

En Allemagne également, l’expansion s’est accélérée et a atteint son plus haut niveau depuis août, tendance marquant, comme en janvier, une nette amélioration par rapport à la légère contraction enregistrée en décembre.

Dans le reste de la région, la croissance de l’activité globale (bien que moins soutenue qu’en France et en Allemagne) a elle aussi fortement rebondi par rapport à la quasi stagnation enregistrée le mois précédent.

L’expansion du secteur des services s’est renforcée dans tous les pays de la zone euro, tandis que celle de l’industrie manufacturière s’est accélérée dans l’ensemble de la région à l’exception de l’Allemagne. La hausse de la production manufacturière observée outre-Rhin a toutefois conservé un rythme à peine inférieur à celui enregistré, en moyenne, dans l’ensemble de la région.

L’inflation continue d’inquiéter

Dans le même temps, malgré ce rebond, l’inflation reste un sujet de préoccupation. Certes, favorisé par une légère amélioration sur les chaînes d’approvisionnement, la hausse des prix des matières premières a connu un léger ralentissement.

Pour autant, les prix facturés ont enregistré leur plus forte augmentation depuis le début de l’enquête. Le maintien des pressions inflationnistes, engendrées par la hausse des frais salariaux et du coût de l’énergie, a en effet conduit les entreprises privées de la zone euro à relever leurs tarifs en février.

Pour Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, «si l’ampleur du rebond de la croissance de l’activité mis en évidence en février par les données PMI souligne, pour l’heure, une bonne tenue de l’économie de la zone euro face à la vague épidémique liée au variant Omicron, le renforcement des tensions inflationnistes laisse toutefois supposer une prise de position plus ferme de la Banque centrale européenne face à l’inflation ».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here