Accueil Immobilier L’immobilier toujours en tête de l'investissement participatif

L’immobilier toujours en tête de l’investissement participatif

La crise n’y peut rien. L’investissement participatif continue de se développer en France. Les chiffres que vient de publier l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) (1) sont à cet égard très parlants.

Très développé aux Etats-Unis comme au Royaume-Uni, l’investissement participatif constitue une alternative pour le financement en fonds propres des entreprises de la start-up à la PME. Il est également de plus en plus utilisé dans l’immobilier avec des taux de rendement très attractifs pouvant généralement aller de 7 à 10 %. Donc bien au-dessus des rendements proposés généralement par d’autres types d’investissement. Ils sont d’autant plus intéressants aujourd’hui, qu’ils dépassent l’inflation qui, en France, a bondi de 2,6 % sur un an au mois d’octobre.

Investissement participatif : l’immobilier loin devant

Pas étonnant, dans ces conditions, que l’immobilier reste le secteur économique le plus financé par l’investissement participatif. Selon les chiffres de l’AMF, « sa part reste stable par rapport à l’année précédente et s’élève à 72 % du total des financements collectés en 2020 », avec 550 494 501 euros collectés. Suivent ensuite, les secteurs suivants pour l’année 2020 :

  • Développement durable et environnement avec 126 657 455,97 euros collectés, soit 17 % du total.
  • Autres avec 32 902 712 euros et 4 % du total.
  • Technologie avec 27 388 593 euros et 4 % du total, en progression de 127 % par rapport à 2019.
  • Santé, mode et éducation avec 11 835 660,71 euros et 2 % du total.
    Distribution avec 7 109 409 euros et 1 % du total.
  • Industrie avec 5 308 374 euros et 1 % du total (- 47 % par rapport à 2019).
  • Services numériques avec 4 2361 781 euros et 1 % du total (-65 % par rapport à 2019).

Au total, précise l’AMF, « les CIP et PSI crowdfunding ont collecté 766 millions d’euros au cours de l’exercice 2020 soit un montant en hausse de 39 % par rapport à 2019 (552,3 millions d’euros), montant qui était lui-même en hausse de 70 % par rapport à 2018 (324,8 millions d’euros). 15 plateformes n’ont pas réalisé de collecte en 2020 parmi lesquelles 6 ont été immatriculées en 2020. » La taille moyenne des projets s’est élevé à 658 000 euros contre 490 000 euros en 2019, étant précisé que 30 plateformes ont proposé des projets qui ont individuellement collecté plus de 2,5 millions d’euros, contre seulement 7 en 2019.

Le nombre d’investisseurs en hausse

Le nombre d’investisseurs est lui aussi à la hausse. L’AMF dévoile ainsi que « fin 2020, les CIP totalisaient 530 848 inscriptions sur leurs plateformes contre 416 267 en 2019, soit une hausse de 28 % par rapport à 20197. La moyenne est de 8 997 inscrits par plateforme (plateformes inactives comprises). Le nombre médian d’inscriptions est de 1 214 personnes par plateforme. Cinq plateformes, dont deux immatriculées en 2020, n’ont enregistré aucun inscrit au 31 décembre 2020 ».

Au total, 133 109 clients ont investi dans un projet, soit 25 % des inscrits. Ce taux a augmenté par rapport à l’année précédente (21,4 % des inscrits). Et si ce sont les particuliers qui constituent d’abord la clientèle naturelle des plateformes, celles-ci « cherchent de plus en plus à attirer des investisseurs institutionnels susceptibles d’investir des montants unitaires plus élevés et assurer à eux seuls la réussite d’une collecte ».

Le secteur du développement durable en difficulté

Enfin, en 2020, les plateformes d’investissement participatif ont remboursé 1 334 offres pour un montant total de 398,2 millions d’euros. De leur côté, les pertes certaines enregistrées par ces dernières ont été de 14,4 millions d’euros sur 2020, contre 15,2 millions en 2019. Il s’agit de projets majoritairement financés en actions. « Le secteur immobilier, prédominant dans les financements, reste peu concerné par ces pertes comme l’an passé (3,95 % contre 5 % en 2019 du montant total des pertes), note l’AMF. En revanche, le secteur du développement durable affiche 4 millions d’euros de pertes, représentant 28 % des pertes totales contre 27 % en 2019 ; le secteur industriel affiche 2,9 millions d’euros soit 21 % des pertes totales en 2020. »

(1) : Chiffres clés des conseillers en investissement participatif (CIP), Novembre 2021

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here