Accueil Immobilier Logements anciens : les prix continuent de grimper

Logements anciens : les prix continuent de grimper

La hausse des prix des logements anciens en France métropolitaine s’est poursuivie au troisième trimestre 2021, selon la note de conjoncture immobilière (janvier 2022) des Notaires de France, à +7.4 %. Une accélération qui touche principalement les maisons (+9% en un an au 3e trimestre 2021) et mois les appartements (+5,2 %), « ce qui ne s’était pas produit depuis fin 2016 », note le document.

La hausse des logements anciens plus forte en Province

Géographiquement, cette augmentation concerne d’abord la Province où la hausse des prix atteint +8,8 % entre le troisième trimestre 2020 et le troisième trimestre 2021. Là encore, ce sont les maisons qui sont d’abord concernées (+9,4 % sur l’année au 3e trimestre) devant les appartements (+7,5 %).

En Ile-de-France, la hausse des prix des logements anciens a été de 4% entre le troisième 2020 et la même période de l’année 2021. « Cette hausse est nettement plus marquée pour le prix des maisons (+7 % sur un an, après +6 % au 2e trimestre et +7,3 % au 1er trimestre) que pour celui des appartements (+2,5 % sur un an, après +2,4 % et +3,6 %), affirme la note de conjoncture de Notaire de France. Comme pour l’ensemble du territoire, en Île-de-France la hausse annuelle des prix des maisons est davantage marquée que celle des appartements depuis le 4e trimestre 2020, ce qui ne s’était pas produit depuis 2016 ».

Un volume de transactions qui continue d’augmenter

Au total, à la fin novembre 2021, en cumul sur les 12 derniers mois, le marché hexagonal, hors Mayotte, a atteint 1 201 000 transactions. Ce volume continue d’augmenter par rapport aux douze mois précédents, enregistrant une hausse de 17,5 % sur un an. « Cette progression annuelle reste importante mais plus faible que celle enregistrée en août 2021 (+23 % sur un an). Le volume de transactions de logements anciens semble dès lors avoir atteint une phase de stabilisation. Dans un contexte comparable, il pourrait se rétablir vers un seuil de référence encore élevé entre 1 et 1,1 million de ventes dans les mois qui viennent. Il serait ainsi proche de celui de la fin d’année 2019 (…) », affirme le document.

Des prix qui vont continuer à progresser en 2022

Selon Notaires de France, les projections issues des avant-contrats en France métropolitaine prévoient pour fin février 2022, une poursuite de la hausse annuelle des prix: de février 2021 à février 2022, les prix augmenteraient de 5 % en appartements anciens et 10,1 % en maisons anciennes. Sur les derniers mois, la hausse des prix serait moins marquée avec des évolutions sur 3 mois de l’ordre de +1 % en appartements et +2% en maisons à fin février 2022 (contre respectivement +1,4 % et +2,5 % pour les évolutions sur 3 mois à fin septembre).

L’influence du manque de logements neufs

Enfin, concernant le marché du neuf, la note de conjoncture n’hésite pas à faire part de ses inquiétudes. « La faiblesse de la production de logements neufs depuis plusieurs trimestres concourt directement à la hausse des prix des logements anciens, encore plus dès lors que les stocks de biens à vendre dans l’ancien s’amenuisent », déplore l’étude.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here