Accueil Économie Inflation en France : les prévisions pour la fin d’année

Inflation en France : les prévisions pour la fin d’année

En 1991, l’inflation avait atteint un pic à 3 %. 30 ans plus tard, le taux a plus que doublé, passant en 2022 à 6,2 %.

Un triste record qui touche tous les secteurs, de l’énergie aux produits alimentaires, aucun bien de consommation n’y échappe.

Les mesures prises par le gouvernement français pour endiguer la crise semblent plutôt bien fonctionner puisqu’à titre de comparaison le taux d’inflation en Europe dépasse les 10 %. Mais alors, quelles perspectives en cette fin d’année concernant le pouvoir d’achat des Français ?

Comprendre le mécanisme de l’inflation

Dans notre économie, les prix des biens et des services sont soumis à la loi de l’offre et de la demande. Il s’agit d’une augmentation globale sur l’ensemble des produits et services disponibles.

L’inflation n’a donc pas uniquement une conséquence sur la valeur des choses que nous achetons, mais aussi et surtout sur la monnaie que nous possédons. Ainsi, la baisse de la consommation pour compenser une hausse des prix n’est pas une réponse suffisante face à l’inflation puisque la valeur monétaire est elle aussi érodée durant cette période.

Des outils de calcul ont été mis en place pour suivre l’évolution des prix comme “l’indice des prix à la consommation harmonisé” qui est un instrument européen permettant de comparer l’évolution des prix entre tous les pays.

La France s’en sort-elle mieux face à cette inflation généralisée ?

Le taux d’inflation 2022 est calculé selon la variation sur une année complète de l’IPC. Il s’agit de l’instrument de mesure phare de l’inflation. Il permet de déterminer la hausse des prix sur deux périodes distinctes.

L’inflation en novembre 2021 n’était que de 2,8 %. Un an plus tard, nous suivons une tendance haussière avec une augmentation des prix à plus de 6,2 % en novembre 2022.

Un même mouvement est observé dans le monde. La France est loin d’être la seule concernée par ce phénomène et même, semble être l’un des pays qui s’en sort le mieux.

L’Argentine doit faire face à un choix difficile : épargner au risque de tout perdre ou consommer sans aucune limite. La raison ? Un taux d’inflation de plus de 80 % qui pourrait faire exploser l’économie du pays. Les économistes appellent cela « la fuite vers la consommation », une caractéristique des périodes d’inflation. Un niveau d’incertitude rarement atteint et dont aucun pays ne semble à l’abri, la France compris.

La Turquie est elle aussi lourdement touchée avec une inflation qui dépasse les 80 %, un record depuis 24 ans. L’augmentation des taux directeurs et des décisions plus que litigieuses au niveau politique ont déclenché une crise de la Lire en Turquie sans précédent.

En septembre dernier, la Banque Centrale Européenne avait appelé les banques à se préparer à une crise économique. Une annonce illustrée par une augmentation des taux directeurs. Pour rappel, il s’agit du taux d’intérêt fixé par une banque centrale pour les prêts qu’elle accorde aux banques commerciales qui en ont besoin. Les particuliers et professionnels auront donc l’obligation d’emprunter à un taux plus élevé et donc, à terme, de devoir rembourser plus qu’habituellement.

La perspective pour l’inflation 2023 en France

L’inflation continue sa progression vers le haut. Si la Ministre Élisabeth Borne a annoncé des mesures fortes pour contrer l’augmentation des prix de l’électricité et du gaz, il n’en reste pas moins que la forte demande conjuguée aux contraintes d’approvisionnement, devrait provoquer une flambée des prix continue dans de nombreux secteurs.

Parmi les secteurs les plus impactés par l’inflation et qui devraient l’être encore à l’aube de 2023 on compte sans surprise les produits alimentaires, les matières premières (notamment le carburant), la production high-tech (en particulier les puces électroniques).

Une récession annoncée ?

Si une baisse des prix devrait intervenir au second trimestre de l’année prochaine, un autre phénomène économique pourrait venir remplacer l’inflation. Comme évoqué précédemment, la hausse des taux d’intérêt aura dans le futur une conséquence importante, la récession.

Il s’agit d’un ralentissement de l’activité économique. Les entreprises ne peuvent plus emprunter ou moins qu’auparavant, et ne sont donc pas en mesure de poursuivre leur investissement dans des moyens matériels ou humains pour développer l’activité.

La croissance économique est indispensable pour garantir l’emploi et le développement des pays. Une récession mondiale plongerait alors les populations dans une nouvelle crise après plus de 15 ans à devoir faire face à une instabilité qui est venue bousculer leurs projets.

Que fait le gouvernement français face à l’inflation ?

Le gouvernement d’Emmanuel Macron reste plutôt très optimiste quant à la situation pour 2023. Certes il y aura toujours une tendance inflationniste mais cette dernière passera de 6,2 % en fin 2022 à 4,3 % pour la nouvelle année. Le Minitre de l’économie table même sur une croissance positive à 1 % malgré le contexte en Urkraine et une baisse de la consommation aux alentours de — 1 % depuis le mois d’août.

Une baisse qui s’explique par un changement d’habitudes de consommation forcé dû aux prix trop élevés, mais aussi aux restrictions imposées par les politiques. Les produits alimentaires (-2,5 %) et le gaz (-14 %) illustrent à eux seuls un léger recul qui devrait se poursuivre tant que n’intervient pas une baisse nette des prix.

Le gouvernement a mis en place plusieurs mesures fortes pour contrer l’inflation et la possible récession à venir. Sont concernés une revalorisation du RSA à 4 %, de la prime d’activité là aussi à 4 % ou encore des aides au logement qui augmentent de 3,5 %. Tous ces dispositifs sont entrés en vigueur en juillet dernier et montrent déjà leurs effets puisque la France s’en sort mieux en 2022 et devrait se maintenir parmi les meilleurs élèves européens pour 2023.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here