Accueil Économie Crise financière mondiale : faut-il craindre un krack généralisé ?

Crise financière mondiale : faut-il craindre un krack généralisé ?

Les événements récents dans le monde de la finance ont conduit de nombreux observateurs à se demander si une crise financière mondiale est imminente. Dans cet article, nous allons explorer les signaux faibles qui pourraient faire craindre une crise économique mondiale, et nous vous donnerons des conseils pour protéger votre épargne face à une crise financière de grande ampleur.

Une crise financière mondiale est par définition un événement de très grande ampleur. Elle peut être définie comme une situation dans laquelle les marchés du crédit se bloquent, entraînant une forte contraction de l’activité économique. Une crise financière mondiale peut être déclenchée par un certain nombre de facteurs, notamment un effondrement des prix de l’immobilier, une crise bancaire ou une flambée des taux d’intérêt.

La dernière crise financière mondiale, qui s’est produite en 2008-2009, a été l’une des pires crises économiques de l’histoire, après celle des années 1930.

Crise financière à venir, ces informations qui font craindre le pire

Ces derniers mois, le monde financier a émis un certain nombre de signaux faibles qui pourraient faire craindre une crise économique mondiale. Par exemple, les marchés boursiers du monde entier ont suivi une tendance à la hausse jusqu’au début de la crise en Ukraine.

La volatilité n’a jamais été aussi forte

Mais, derrière cette hausse en trompe l’oeil, depuis 2017, la volatilité a augmenté, les investisseurs devenant plus réfractaires au risque. En outre, on a assisté à une forte émission d’obligations, les rendements des obligations d’État à 10 ans atteignant leurs niveaux les plus élevés depuis 2013.

Or, selon Jean-Marc Jancovici, les investisseurs doivent commencer à être inquiets quand la volatilité d’une valeur commence à s’accentuer. Avec la guerre en Ukraine, une crise des matières premières est en train de se mettre en place. Le cours du baril de pétrole augmente, ainsi que cours des céréales et de nombreuses autres matières premières comme les métaux.

Derrière cette hausse des coûts des matières premières, une logique inflationniste se met en place, et bon nombre d’entreprises dépendantes de ces matières premières, avec de faibles marges, devront mettre la clé sous la porte ou répercuter ces hausses sur les consommateurs. Cette crise de l’inflation va considérablement rogner le budget des ménages.

Taux directeurs bas et recherche de rentabilité

Mais, les taux directeurs des principales banques centrales du monde sont tellement bas que les investisseurs saisissent l’argent à faible taux d’intérêt (moins de 1% à 10 ans) pour investir sur toute une variété de placements.

Les SCPI connaissent un engouement sans précédent, les obligations d’Etat continuent de se vendre comme des petits pains alors même que les Etats n’ont jamais été aussi endettés (sous l’effet de la crise sanitaire, la France a franchi le seuil symbolique de 100% du PIB.

La question de la solvabilité des emprunteurs

Mais, aucun investisseur ne se pose de questions sur la solvabilité de tous ces acteurs. En effet, il y a aujourd’hui plus d’argent disponible que de placements. Tant et si bien que sous l’effet de cette accumulation de liquidités, les cours boursiers ne cessent d’augmenter car la demande reste perpétuellement élevée.

Derrière ce tableau alarmiste, rassurez-vous, tout n’est pas noir. En tant qu’investisseur, vous pouvez vous protéger de la crise économique mondiale qui est en train de se préparer. Et qui a coup sûr, sera particulièrement violente.

Comment protéger son épargne en cas de crise économique mondiale ?

Voici plusieurs conseils qui vous aideront à amortir le choc en cas de crise économique mondiale. Vous n’en sortirez pas indemne, mais si vous appliquez à la lettre nos recommandations, vous éviterez le pire.

Conservez des liquidités

Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour protéger votre épargne en cas de crise financière mondiale. Premièrement, assurez-vous de disposer d’un portefeuille diversifié comprenant des actions, des obligations et des liquidités. Les liquidités, c’est le plus important. Si vous avez un Plan Epargne Action, un contrat d’assurance vie, ou un compte titres ordinaire, gérés directement par vos soins, il faut toujours garder une grande part de liquidités.

Cet argent frais, ce « cash » comme disent les traders, vous permettra de moyenner à la baisse les prix de revient de vos actions en cas de crise. C’est très efficace car n’oubliez pas que, malgré les risques de faillite, la plupart des entreprises côtées résistent à cette crise et leur cours boursier remontera dans quelques mois ou quelques années.

Evitez d’être trop exposé

La diversification de votre patrimoine est la clé de votre sauvetage. Une entreprise peut faire faillite, mais si elle ne représente qu’une petite partie de votre patrimoine, vous perdez moins d’argent que si elle représentait 20% de votre portefeuille. Nous vous recommandons de ne jamais conserver plus de 5% de votre patrimoine sur la même position. Ce conseil reprend le proverbe ancestral « Ne mettez jamais tous vos oeufs dans le même panier ».

Indépendamment des positions, essayez d’éviter la surexposition à une classe d’actifs ou à une région géographique donnée. Par exemple, avec la crise actuelle en Ukraine, il vaut mieux ne pas posséder trop d’actions de sociétés russes.

Conservez une épargne de précaution

Ensuite, gardez une partie de votre épargne dans des livrets. En effet, en cas de crise financière exceptionnelle, qui mettrait en faillite des banques (c’est vraiment le scénario le plus apocalyptique qui soit), l’Etat français protège votre épargne à hauteur de 100.000 euros par compte de dépôts. Les livrets réglementés comme le Livret A , le Livret de développement durable (LDDS) ou encore le LEP et le livret jeune sont donc protégés en cas de crise bancaire.

Une crise économique mondiale peut être effrayante, mais en suivant ces conseils, vous pouvez contribuer à vous protéger et à protéger vos économies.

Existe-t-il des valeurs refuges ?

On évoque souvent l’or comme une potentielle valeur refuge. Il est vrai que le cours de ce métal précieux a tendance à grimper quand le cours de toutes les autres valeurs d’investissement dégringole. C’est donc un placement à considérer. Néanmoins, la plupart des analystes conseillent de limiter la part d’or à 5% de son patrimoine. Toujours dans une logique de diversification…

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here