Accueil Économie La guerre en Ukraine ne fait pas plier la BCE, la lutte...

La guerre en Ukraine ne fait pas plier la BCE, la lutte contre l’inflation reste sa priorité

On l’attendait beaucoup plus attentiste. Au final, il n’en a rien été. La Banque centrale européenne (BCE) a confirmé et même accéléré ce jeudi le resserrement de sa politique monétaire. Sa priorité actuelle va donc bien à la lutte contre l’inflation malgré la guerre en Ukraine et les risques que celle-ci fait peser sur la croissance dans la zone euro.

La BCE normalise sa politique

C’est donc acté. Pour la BCE, la guerre en Ukraine ne doit pas freiner les mesures à prendre contre l’inflation. L’institution européenne a donc annoncé la réduction progressive du montant de ses achats dans le cadre de l’APP (programme d’achats d’actifs classique).
Ces derniers passeront de 40 milliards d’euros en avril à 60 milliards en mais puis 20 milliards en juin. Mais ce n’est pas tout. La BCE a également acté la fin du programme d’achats d’urgence face à la pandémie (PEPP) qui s’éteindra à la fin du mois.

En revanche, la BCE a, pour l’instant choisi de maintenir inchangés ses taux directeurs. Pour le moment, le taux de dépôt reste donc fixé à -0,5% et à zéro pour le taux de refinancement. « Tout ajustement des taux d’intérêt directeurs de la BCE surviendra quelque temps après la fin des achats nets du Conseil des gouverneurs dans le cadre de l’APP et sera progressif » a indiqué la BCE en restant toutefois vague sur l’horizon temporel visé.

Les marchés chutent encore

Déjà fortement déboussolés par la guerre en Ukraine, les marchés boursiers ont négativement réagi à ces annonces qui signifient concrètement la fin de la politique de soutien à l’économie de la zone euro instaurée par la BCE à la suite de la crise du Covid-19. Jeudi soir (10 mars) Paris (-2,83%), Francfort (-2,93%), Milan (-4,20%) finissaient en forte baisse, tandis que Londres clôturait sa journée à -1,54%. Et les prévisions économiques délivrées par la BCE n’ont rien fait pour calmer leur inquiétude.

Selon la Banque centrale européenne, il ne faut plus s’attendre à une accalmie à court-terme sur le front de l’inflation qui pourrait ne pas se stabilisait à 2% avant 2024. Elle devrait atteindre 5,1% en 2022 (contre 3,2%), 2,1% en 2023 (révisé de 1,8%) et 1,9% en 2024 (contre 1,8% estimé en février). Et du côté de la croissance du PIB en zone euro, ce n’est guère plus réjouissant. La BCE a également été révisée à la baisse à 3,7% cette année (contre 4,2% estimé en février), 2,8% en 2023 (contre 2,9%) et 1,6% (conforme aux prévisions) en 2024.

Guerre en Ukraine, un « risque majeur » pour l’économie

Bien sûr, la guerre en Ukraine est ses conséquences ont joué un rôle dans l’établissement de ces nouvelles prévisions. D’ailleurs a prévenu Christine Lagarde qui préside la BCE, celle-ci « augmente considérablement » les risques pour l’économie.

Devant tant d’incertitudes et des marchés devenus erratiques, on ne saurait terminer ces lignes sans recommander aux investisseurs une extrême prudence.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here