Accueil Économie Du mieux en juillet pour la conjoncture économique française

Du mieux en juillet pour la conjoncture économique française

La conjoncture économique française prête-t-elle à l’optimisme en ce mois d’août 2021 ? Oui si l’on en croît la note de conjoncture économique que la Banque de France vient de publier. Cette dernière estime à entre -1 % et -1,5 % la perte de PIB par rapport au niveau d’avant crise, contre -2 % dans son estimation de la fin juin.

Un bonne nouvelle donc que l’institution explique par la révision à la hausse du niveau d’activité en fin de deuxième trimestre et par la confirmation de l’amélioration de la situation dans un certain nombre de secteurs, principalement dans l’hôtellerie-restauration, les transports, les loisirs et les activités culturelles. Ainsi, le niveau d’activité dans la restauration se situe désormais à 79 % du niveau jugé normal, contre 69 % le mois précédent ; dans l’hébergement, il atteint 72 %, après 54 % en juin.

Conjoncture économique et industrie

En juillet, dans l’ensemble de l’industrie, le taux d’utilisation des capacités de production baisse légèrement pour le deuxième mois consécutif, à 78 % après 79 % en juin, mais demeure proche de son niveau d’avant crise (79 % en février 2020). La baisse se fait particulièrement ressentir dans les secteurs des produits informatiques, électroniques et optiques (de 82 % en juin à 80 % en juillet), du bois, papier et imprimerie (de 81 % à 79 %) et des équipements électriques (de 80 % à 78 %).

Le taux d’utilisation des capacités de production baisse également dans l’automobile et l’industrie de l’aéronautique et des autres transports, qui restent à des niveaux bas (respectivement 69 % en juillet après 72 % en juin, et 72 % après 73 %). À l’inverse, il augmente dans l’industrie chimique, à 83 % en juillet après 82 % en juin.

Enfin, même si les perspectives d’activités relatives au mois d’août, qui présente une saisonnalité particulièrement marquée, doivent être interprétées prudemment, les chefs d’entreprise anticipent sur la période une stabilité de l’activité dans la plupart des secteurs.

Des difficultés d’approvisionnement…

Parmi les points qui continuent à préoccuper les chefs d’entreprise, figurent leurs difficultés d’approvisionnement qui s’accompagnent toujours d’une hausse des prix des matières premières. Dans ce contexte, 49 % des dirigeants ont déclaré avoir subi des difficultés dans ce domaine contre 47 % en juin.

Si la proportion est stable dans le secteur du bâtiment, les secteurs les plus touchés sont les industries de l’équipement (produits informatiques, électroniques et optiques, équipements électriques, fabrication de machines et équipements), et ceux qui restent particulièrement liés aux matières premières. Ce qui fait sens.

…Et de recrutement

Autre point noir abordé dans cette note sur la conjoncture économique, il s’agit du recrutement. Dans le domaine, les difficultés se sont accentués en juillet tant dans l’industrie, que dans les services et le bâtiment. Pour ces deux derniers secteurs, ce serait près de la moitié des entreprises qui seraient concernées par ce problème.

Conjoncture économique et variant delta

Reste que ces résultats ont précédé l’instauration du pass sanitaire qui ne devrait pas rester sans conséquence sur le niveau d’activité des secteurs des loisirs et de la restauration, justement ceux qui ont relevé la tête dans le courant du mois de juillet. De manière générale, l’épidémie de variant delta qui se propage dans le monde et les inconnues qu’elle charrie continuent de peser sur la conjoncture économique et pourraient aboutir à freiner la reprise mondiale.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here