Accueil Économie Le FMI réactualise ses perspectives de l'économie mondiale

Le FMI réactualise ses perspectives de l’économie mondiale

Le FMI vient d’actualiser ses perspectives de l’économie mondiale dans un document qui vient de paraître. L’organisme parie sur une croissance à 6 %, une épargne au service du secteur privé, mais anticipe un possible relèvement des taux. En voici les points principaux.

Le FMI et les politiques budgétaires

En ce qui concerne les politiques budgétaires, les prévisions du FMI tablent sur des mesures de soutien budgétaire supplémentaires aux États-Unis, conformes à l’ampleur cumulée du plan pour l’emploi américain (American Jobs Plan) et du plan pour les familles américaines (American Families Plan) de l’actuelle administration.

Le scénario de référence intègre également aux prévisions pour les pays de l’Union européenne les subventions et les prêts attendus dans le cadre du plan de relance pour l’Europe (Next Generation EU).  Les déficits budgétaires devraient diminuer en 2021 dans la plupart des pays émergents.

Zoom sur les politiques monétaires

Les grandes banques centrales devraient maintenir leurs taux directeurs inchangés tout au long de l’horizon prévisionnel (fin 2022). Les banques centrales de certains pays émergents ont commencé à réduire les mesures de soutien, et d’autres devraient leur emboîter le pas en 2021.

Augmentation des prix des matières premières

Les prix des produits de base devraient augmenter à un rythme sensiblement plus rapide qu’anticipé . La reprise économique mondiale se renforçant, les cours du pétrole devraient augmenter de près de 60 % par rapport à leur base peu élevée de 2020.

Les cours des produits de base non pétroliers devraient augmenter de près de 30 % au-dessus de leurs niveaux de 2020, ce qui témoigne d’une croissance particulièrement marquée du prix des métaux et des denrées alimentaires.

L’épargne au service du secteur privé

Au cours des cinq derniers trimestres, les ménages ont accumulé un excédent d’épargne en raison de la réduction des voyages et des activités à forte intensité de contacts, ce qui constitue un aspect clé du ralentissement et du rebond sans précédent de l’économie.

Selon le document  du FMI, l’épargne  a eu tendance à s’accumuler davantage dans les pays qui ont accordé aux ménages des mesures de soutien budgétaire au-dessus de la ligne, ce qui a permis de préserver les revenus disponibles. Avec la réouverture des économies, les dépenses privées devraient s’accélérer, financées en partie par cette épargne.

La vitesse d’utilisation de cette épargne déterminera le rythme de la reprise et les pressions inflationnistes. Les prévisions tablent sur une transition harmonieuse des mesures de soutien exceptionnelles vers une croissance tirée par le secteur privé, moyennant une utilisation progressive de l’épargne excédentaire.

L’analyse des services du FMI semble indiquer une accumulation plus importante de l’épargne dans les régions affichant des taux d’épargne des ménages pré-pandémie relativement plus faibles, signalant un certain retour à la moyenne et la reconstitution de la richesse nette des ménages, ce qui devrait peser sur l’envie immédiate de dépenser.

Une croissance mondiale à 6 %

Selon le FMI, la croissance de l’économie mondiale devrait s’établir à 6,0 % en 2021 et à 4,9 % en 2022. Ces projections pour 2021 demeurent inchangées par rapport à celles d’avril dernier. Toutefois, elles s’accompagnent de révisions qui s’annulent mutuellement dans l’ensemble des pays avancés, des pays émergents et des pays en développement, témoignant d’évolutions différentes de la pandémie et de changements de politique.

La révision à la hausse de 0,5 point de pourcentage pour 2022 tient en grande partie aux mesures de relance budgétaire supplémentaires aux États-Unis, entraînant des retombées pour l’économie mondiale.

Un possible relèvement des taux

Le resserrement de la politique monétaire aux États-Unis pourrait restreindre la marge de manœuvre dont disposent les banques centrales des pays émergents pour remédier à leurs propres déséquilibres intérieurs si leur monnaie se déprécie par rapport au dollar, que la hausse des prix à l’importation contribue à l’inflation locale et que la courbe des rendements se raidit, estime le FMI.

Dans ce cas de figure, il serait prudent de se préparer au relèvement des taux en prolongeant, si possible, les échéances de la dette, surtout pour les pays qui empruntent beaucoup en devises, afin d’éviter une accumulation d’asymétries dans leurs bilans.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here