Accueil Économie Levées de fonds : la Tech française bat des records

Levées de fonds : la Tech française bat des records

La Tech française a démarré l’année 2022 de manière remarquable. Les levées de fonds ont atteint des sommes records. Selon une étude In Extenso, elles ont bondi de 259 % par rapport au premier trimestre 2021 pour atteindre 5 milliards d’euros avec un ticket moyen de 21,3 millions d’euros (soit + 173 % comparé au premier trimestre 2021). Les 3 secteurs d’activités les plus dynamiques en France concernent le software, la Fintech et la MedTech.

Quatre nouvelles licornes ont vu le jour au cours de ce premier trimestre. Payfit (logiciel FinTech), Ankorstore (Marketplace), Exotec (robotique industrielle) et Spendesk (FinTech) sont ainsi devenues les 23ème, 24ème, 25ème et 26ème licornes françaises. Dans le même temps, trois licornes historiques ont procédé à des levées de fonds « colossales ». Il s’agit de Back Market (450 millions d’euros), Qonto (486 millions d’euros) et Doctolib (500 millions d’euros).

Bref, le secteur ne connaît pas la crise et ne souffre pas (jusqu’à présent ?) de la situation géopolitique internationale. « Si cette tendance se poursuit, l’année 2022 sera à nouveau une année record pour le venture français. Des scale-ups françaises, très favorisées par cette dynamique de l’investissement, confirmeront alors leur leadership mondial », affirme Nicolas Landrin, Executive Director, Center for Entrepreneurship & Innovation ESSEC Business School.

Les CleanTech en embuscade

La crise du Covid-19 a mis en lumière des besoins en matière d’hygiène. Pas étonnant, alors, que le secteur des CleanTech en ait profité. Les start-up du secteur ont fait la preuve de leur attractivité. Les levées de fonds ont atteint près de 800 millions d’euros. Quatre d’entre-elles ont totalisé 30 % de ce dernier montant (soit 235 millions d’euros). Il s’agit de Back Market, Deepki, kyotherm et Kayyros.

Autre secteur prometteur, il s’agit de l’Agritech et de la FoodTech. Sa dynamique est portée par les mutations profondes, réglementaires comme sociétales pour lutter contre le changement climatique, s’y adapter et en limiter les impacts.

La France, deuxième des levées de fonds en Europe

Au niveau européen, la France est désormais deuxième du podium des levées de fonds derrière l’indéboulonnable Royaume-Uni (6,5 milliars d’euros levés au premier trimestre 2022, en progression de 27 % par rapport à la même période de l’année 2021, mais devant l’Allemagne désormais reléguée à la troisième place avec 2,3 milliards d’euros levés (soit – 9 % sur la période).

Au total, 21,5 milliards d’euros ont été levés au premier trimestre 2022 en Europe, en progression de 43 % sur la période, malgré une augmentation plus modérée du nombre d’opérations (+10 % par rapport au premier trimestre 2021). Le ticket moyen a progressé de 23 % et a atteint un 16,6 milliards d’euros pour ticket médian de 3,5 milliards d’euros (+ 43% sur la période).

Le capital investissement se démocratise

Pratiqué encore majoritairement par les investisseurs institutionnels, le capital investissement tend désormais à se démocratiser et attire de manière toujours croissante les personnes physiques et les familiy offices. Il faut dire qu’il offre des rendements très attractifs, supérieurs à 10 % par an en moyenne. Bien entendu, en contrepartie, il présente des risques qu’il est nécessaire de bien évaluer avant toute décision d’investissement.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here