Accueil Bourse & Marchés Marché obligataire : krach ou pas krach ?

Marché obligataire : krach ou pas krach ?

La hausse des taux d’intérêt n’est pas sans conséquence sur le marché obligataire. De fait, le rendement de certaines obligations est à son plus haut de 10 ans.

Ainsi, le taux des obligations américaines à 10 ans a passé le cap des 3,5% pour la première fois depuis 11 ans. Tandis que le taux allemand à même échéance s’affichait à 1,952%. Un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis 2014 sur le marché obligataire.

En France, le taux des OAT (obligations assimilables du Trésor) dépasse désormais les 2,7%, alors que ce dernier était encore négatif en août 2021.

Alors que les actions affichent désormais une forte volatilité, il peut être tentant de se tourner vers le marché obligataire réputé plus stable, moins susceptible de succomber à un krach. Ce n’est pourtant pas toujours le cas. Retour sur ses fondamentaux pour tout comprendre à son fonctionnement.

Qu’est-ce que le marché obligataire ?

Le marché obligataire est le lieu où s’échangent les obligations. Ces dernières sont fondamentalement des prêts ou l’investisseur joue le rôle de créancier. En plus du capital qui est restitué à échéance fixe (en général, entre 5 à 30 ans), le débiteur s’engage à vous rémunérer périodiquement (tous les ans, ou tous les trimestres notamment) selon un taux d’intérêt fixe ou variable (coupon). Ce dernier peut être un acteur public (Etat, Collectivité locale) ou privée comme une entreprise.

Revue de détail de ce que l’on trouve sur un marché obligataire :

Bons du Trésor

Il s’agit d’une obligation gouvernementale de court terme. Les bons du Trésor sont émis par l’Etat. Quand il le sont par des pays riches, ils sont considérés comme les titres financiers les plus sûrs. En France ces derniers sont de trois sortes :
1. Les Bons du Trésor à taux fixe et intérêt précompté (BTF) : ce sont des obligations dont l’échéance est inférieure à 1 an.
2. Les Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt annuel (BTAN) : leur échéance est comprise ntre 2 et 5 ans.

Les obligations d’Etat de long terme

Les OAT les plus fréquentes sont émises sur une durée de 10 ans, mais certaines peuvent aller jusqu’à 30 ans et parfois plus.

Les obligations de Sociétés

Émises par de grandes entreprises, ces obligations d’entreprise sont émises par des sociétés très solvables avec des cotes de crédit élevées. Les obligations de sociétés de qualité supérieure offrent un flux de revenu légèrement supérieur à celui des obligations d’État, car elles ne sont pas garanties par un gouvernement.

Les obligations d’entreprise à haut rendement

Les obligations de sociétés à rendement élevé sont vendues par des entreprises qui n’ont pas la même cote de crédit élevée que les émetteurs de première qualité. Historiquement, les obligations à rendement élevé ont fourni aux investisseurs un rendement supérieur à celui des obligations d’entreprise ou d’État de qualité supérieure.

Marché des obligations et krach

Il existe une relation inversement proportionnelle entre taux d’intérêt et valeur de l’obligation. Généralement quand les premiers montent, les seconds baissent. Vendre aujourd’hui peut donc entraîner une perte de capital.

D’autant que la remontée des taux est telle que certains n’hésitent pas à qualifier de krach la situation actuelle du marché obligataire. Et cette remontée n’est probablement pas terminée.

Au vu du rythme actuel de l’inflation, les banques centrales vont poursuivre le resserrement de la politique monétaire. Les taux à long terme risquent fort de poursuivre leur envolée avec pour conséquence une nouvelle baisse du cours des obligations.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here