AccueilBourse & MarchésRetour timide des investisseurs particuliers en bourse

Retour timide des investisseurs particuliers en bourse

Après des chiffres en berne au second semestre de l’année précédente, le nombre d’investisseurs particuliers actifs en bourse a connu une embellie au premier trimestre. Celui-ci n’atteint, toutefois, pas les niveaux observés entre 2020 et 2022 selon une enquête de l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui note également une augmentation du nombre d’investisseurs en fonds indiciels cotés (ETF).

Investisseurs particuliers : rebond des opérations

Selon la dixième édition du tableau de bord des investisseurs particuliers actifs publié par le gendarme de la Bourse, le premier trimestre a connu un regain d’activité des investisseurs, alimenté par la forte reprise des marchés d’actions.

Au cours de cette période, 746 000 particuliers ont effectué au moins une transaction d’achat ou de vente d’actions, contre environ 600.000 lors des deux trimestres précédents. Bien que ce chiffre reste inférieur à celui enregistré au premier trimestre des années 2020, 2021 et 2022, il est nettement supérieur à ceux de 2018 et 2019, avant la crise sanitaire.

Le nombre de vendeurs a nettement augmenté, atteignant 513 000, sans toutefois dépasser le nombre d’acheteurs (566 000). Parmi ces derniers, l’AMF a recensé 51 000 nouveaux investisseurs qui n’avaient jamais réalisé de transactions sur des actions ou qui étaient inactifs depuis janvier 2018.

Le volume de transactions d’achat et de vente d’actions au cours du trimestre a sensiblement rebondi par rapport aux deux trimestres précédents, atteignant plus de 11,9 millions. C’est près du double de la moyenne trimestrielle observée en 2018 et 2019.

Gare au forex

Ce retour des investisseurs particuliers en Bourse arrive à un moment où les offres frauduleuses concernant les marchés sont en augmentation. L’AMF vise particulièrement les arnaques générées via le trading automatisé sur le marché des devises (Forex).

Ces dernières émanent de sociétés non autorisées à proposer des services d’investissement en France. Ces offres sont souvent accompagnées de programmes de parrainage et ciblent particulièrement les départements et territoires d’outre-mer.

Au cours des derniers mois, l’AMF a reçu plusieurs signalements d’investisseurs particuliers et d’institutions d’outre-mer concernant ces offres frauduleuses sur le marché du Forex.

Celles-ci font miroiter des rendements irréalistes, tels que « 5% à 15% par mois » ou «jusqu’à 400 % par an » grâce à un prétendu « robot de trading automatique ». Ces propositions sont largement diffusées via des vidéos sur les réseaux sociaux, lors de conférences promotionnelles dans des salles louées spécialement pour l’événement ou au sein de groupes fermés de messagerie.

Elles se caractérisent par des arguments très similaires et encouragent les épargnants à générer des revenus d’affiliation en recrutant de nouveaux abonnés.

Elles utilisent aussi un mode de fonctionnement similaire aux structures de marketing multi-niveaux (MLM), dénoncées par l’AMF dans le passé, où des bonus ou commissions à différents niveaux sont promis. Les termes clés tels que « liberté financière » ou « revenus passifs » sont également fréquemment utilisés dans le cadre de ces arnaques.

Promesses trop belles pour être vraies

L’AMF insiste sur le fait que seules les sociétés agréées en tant que prestataires de services d’investissement en Europe sont titulaires d’une autorisation qui leur permet de proposer des services de courtage, qu’ils soient automatisés ou non, sur le marché du Forex.

L’autorité a pris des mesures pour mettre fin aux activités de ces sociétés non autorisées.
De manière plus générale, le gendarme de la bourse exhorte les investisseurs particuliers à faire preuve de vigilance avant tout investissement. Elle recommande de se méfier des promesses irréalistes de sites de trading garantissant des gains rapides.

Avant de s’engager, il est donc important de vérifier que la société est autorisée à proposer des services financiers et de consulter les listes noires de l’AMF pour s’assurer de la légitimité de l’acteur concerné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici