Accueil Placements bancaires Alternative bancaire : vers une débancarisation des Français ?

Alternative bancaire : vers une débancarisation des Français ?

Crise, inflation, faillite… Les banques ont fait l’objet de nombreuses critiques et la confiance accordée par les épargnants s’est petit à petit effilochée au cours des dernières années.

Alors que se débancariser était pendant longtemps considéré comme une démarche cavalière, elle se présente aujourd’hui comme une alternative sérieuse au système actuel.

La débancarisation consiste à retirer son argent des banques pour se tourner vers des alternatives bancaires dont l’objectif est de mieux protéger son épargne.

Qu’est-ce que la débancarisation ?

La débancarisation se définit par le fait qu’un client se détourne d’un établissement bancaire préférant des services alternatifs de gestion d’épargne.

Cette tendance de fond ne date pas d’hier. Nos ainés préféraient déjà se constituer un bas de laine en protégeant leur économie sous le matelas plutôt que de le confier à un tiers bancaire.

Mais ce qui n’était qu’un épiphénomène il y a encore 10 ans, apparait aujourd’hui comme une question centrale pour de nombreux Français.

La technologie aidant, les épargnants peuvent désormais gérer leur argent sur internet. Les ouvertures de comptes en ligne ont explosé de + 30 % par rapport aux années précédentes. Flexibilité, diminution des frais bancaires, rapidité… les services de banques en ligne montrent une envie certaine de pouvoir gérer ses économies en parfaite autonomie.

Le succès des banques en ligne peut être considéré comme une première étape vers un glissement progressif d’une débancarisation plus globale.

Se débancariser oui, mais vers quelle alternative bancaire ?

Tous les épargnants ne se retrouvent pas dans le système bancaire actuel. Pire, certains ne font plus confiance à des institutions bancaires qui se sont montrées extrêmement fragiles depuis une vingtaine d’années. La peur de voir ses économies s’envoler ou assister à un énième krach boursier a encouragé un grand nombre à s’orienter vers d’autres alternatives bancaires.

Mais dans un système comme le nôtre, une débancarisation n’est pas toujours évidente à réaliser. La solution la plus viable semble être une débancarisation partielle en gardant les banques qui permettent de diversifier ses placements comme on peut le faire avec la bourse ou l’immobilier.

La blockchain illustre parfaitement cette volonté de vouloir s’émanciper du fonctionnement bancaire traditionnel. Elle devrait permettre de conserver une trace des échanges entre les utilisateurs limitant ainsi le risque de fraude et d’améliorer l’autonomie quant à la gestion de son patrimoine financier sans devoir faire appel à un intermédiaire institutionnel. C’est aujourd’hui une piste sérieuse pour ceux qui recherchent une alternative aux banques, mais celle-ci peine toutefois à s’imposer notamment en raison de la jeunesse de cette technologie.

Se débancariser en 2022 c’est, avant tout, ne plus devoir dépendre des banques.

S’émanciper du système bancaire revient à solder ses emprunts pour couvrir définitivement ses dettes. L’on peut également envisager la fermeture définitive de ses comptes d’épargne et autres assurances vies.

Des alternatives bancaires

La sécurité bancaire est remise en cause. La faillite de Lehmann Brothers est encore présente dans tous les esprits et ce, malgré plus de quinze années écoulées. Une perte de confiance semble s’être installée depuis.

Attention, chaque alternative bancaire présentée ci-dessous doit faire l’objet d’une analyse précise pour s’assurer que retirer son argent de la banque est aussi rentable et sécurisé que de le conserver sur un compte traditionnel.

  1. La bourse.
  2. L’immobilier.
  3. Les valeurs refuges.
  4. Les comptes sans banque.

Les banques éthiques ont le vent en poupe

67 % des Français déclarent avoir confiance dans leur banque. C’est plus qu’en 2020. Un phénomène de débancarisation qui n’apparait pas encore comme une pratique partagée par le plus grand nombre. Cependant, on assiste à un intérêt grandissant pour des alternatives bancaires éthiques et solidaires.

Les épargnants conscients des dérives demandent davantage de conscience bancaire dans les pratiques. Les institutions financières qui mettront l’accent sur une démarche plus éthique dans les années à venir pourraient bien remporter la mise. Générer des profits oui, mais sans pour cela devoir sacrifier les valeurs de leurs clients.

Une cohérence entre le discours affiché et les actions entreprises sera très importante pour conserver l’attrait des épargnants. La demande pour une transparence dans les investissements effectués par exemple n’a cessé d’augmenter. L’éthique se veut applicable en externe mais également en interne avec une culture d’entreprise forte qui privilégie le bien-être de ses salariés.

Parmi les banques éthiques les plus populaires on retrouve :

  • Hélios, une banque qui s’engage pour l’environnement ;
  • Le Crédit Coopératif, une banque responsable.

La notion de développement durable est centrale. Le fonctionnement et les valeurs en interne comptent pour beaucoup mais c’est avant tout le principe d’environnement qui prime. Privilégier des investissements verts, financer des entreprises écologiques et responsables et faire une sélection drastique des clients pour contrôler la provenance des financements.

Faut-il retirer son argent des banques ?

C’est une décision propre à chacun. La réponse universelle n’existe pas. L’argent doit cependant circuler, laisser dormir son épargne sur des comptes bancaires n’est nullement recommandé.

Pour ce qui est de la protection de son épargne, les banques affichent encore aujourd’hui une fiabilité incontestable comparée à d’autres alternatives qui en plus de demander du temps pour la gestion de ses actifs, peuvent s’avérer être plus risquées. Bien que les livrets d’épargne rapportent peu, ils permettent de sécuriser son argent et ce, même en période de troubles économiques.

 

Les différentes crises que nous avons traversé ont relevé des anomalies dans un système qui semble s’essouffler et qui ne répond pas toujours aux attentes des clients. Sans évoquer les faillites à répétition, c’est du besoin de placer son argent dans un établissement financier éthique et responsable que pourrait venir le déclic.

La débancarisation n’est pas un phénomène encore très répandu mais de nombreux facteurs tendent à confirmer qu’un changement global dans le fonctionnement des banques est attendu de la part des épargnants.

La bourse, au même titre que l’immobilier et l’or, est une des solutions intéressantes pour diversifier son portefeuille financier et protéger son capital, mais ce n’est pas adapté à tous les profils. Les banques ont donc encore un rôle très important à jouer, mieux vaut donc pour elle se réinventer.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here