Accueil Bourse & Marchés Cotation Twitter : entre prudence et méfiance 

Cotation Twitter : entre prudence et méfiance 

L’information circule depuis ce matin sur tous les sites spécialisés : les négociations entre Elon Musk et l’un des investisseurs, censés investir au côté du patron de Tesla, se sont interrompues.

Pour rappel, la somme de 44 milliards de dollars avait été annoncée pour le rachat du réseau social aux 280 caractères.

Si l’action Twitter semble résister depuis l’annonce, le marché ne semble pas pour autant rassuré.

Rachat de Twitter, l’histoire qui passionne les marchés financiers

La rumeur de l’acquisition de Twitter par l’ancien patron de PayPal remonte à avril dernier. Elon Musk annonce avoir pris pour 3 milliards de participations au capital de l’entreprise américaine.

Il s’agit de l’un des plus gros LBO de l’histoire d’internet. Le rachat de Twitter doit être le fruit d’un montage financier par effet de levier. L’intérêt ici n’est pas de sortir 44 milliards en apport personnel, ni même des comptes des différentes sociétés, propriétés de l’entrepreneur sud-africain, mais de recourir à un endettement bancaire.

Les informations disponibles nous mènent sur la piste Morgan Stanley, une banque américaine située à New York. Il s’agit de l’un des plus importants services financiers de la planète présents dans 42 pays à travers le monde.

L’objectif est simple, Elon Musk emprunte auprès de la banque Morgan Stanley à hauteur de 50 % du montant annoncé, soit un peu plus de 25 milliards de dollars, le reste sera financé par un investisseur tiers.

Et c’est justement ce dernier qui vient mettre un grain de sable dans le montage si bien huilé de l’opération boursière de l’année.

Ce rachat avait fait bondir le cours de la bourse Twitter de 38 dollars à 48 USD en quelques heures seulement.

Une cotation Twitter positive, mais fragile

Les interrogations sont nombreuses et les suspicions entourant l’acquisition de Twitter par Musk sont grandissantes.

Premièrement, c’est la personnalité de l’entrepreneur à succès qui pose problème pour certains observateurs, notamment depuis ses récentes sorties publiques.

Il a déclaré à propos de la décision du réseau social de bannir l’ancien président des États-Unis : « Je pense que c’était une erreur, car cela a aliéné une grande partie du pays et n’a finalement pas empêché Donald Trump de se faire entendre. » Musk ne s’en est jamais caché, il est pour la liberté d’expression, qui plus est sur un réseau qui se veut ouvert et social.

Un message qui n’a malheureusement pas plu à une grande partie des observateurs et investisseurs mettant une pression supplémentaire sur les épaules du patron de Space X et Tesla. Ce sont aussi ses prises de position qui ont rendu plus difficiles les négociations d’avec Twitter pour trouver un accord.

Pour rappel, l’annonce officielle de sa participation au capital du réseau social conversationnel intervient le 4 avril et dès le lendemain, son offre de rachat est proposée à 44 milliards de dollars soit 38 % de plus que le cours de l’action Twitter.

Un nouveau drapeau rouge, agité par les détracteurs, qui fait connaitre à l’entreprise à l’oiseau bleu un drop (presque) historique depuis son introduction en bourse en 2013. À l’époque, le réseau social en ligne américain avait fait un lancement remarqué, avec un prix de départ à 26 dollars, l’action Twitter en bourse se clôturait à 44,90 dollars.

Avec un chiffre d’affaires à un peu plus de 1 milliard de dollars par trimestre, l’entreprise peine à trouver un modèle économique avec un niveau de rentabilité à la hauteur de ses 229 millions d’utilisateurs actifs.

Le constat est simple, la cotation Twitter ne décollera pas tant le rachat ne sera pas acté.

Les menaces arrivent de toute part. C’est au tour d’Elon Musk d’émettre des réserves quant à la finalisation de la transaction, notamment pour une histoire de faux comptes et d’informations non divulguées par le réseau social.

Faut-il investir dans Twitter ?

C’est la question que tout le monde se pose actuellement et pour cause. L’action du géant américain pourrait bien exploser à l’officialisation de l’OPA historique. Les améliorations voulues par Elon Musk pourraient faire passer la plateforme sociale dans une autre dimension avec à la clé une jolie rentabilité, idéale, pour rassurer les investisseurs.

Acheter une action Twitter doit cependant suivre le même processus d’investissement que tout autre action. Lorsque l’on veut trouver les meilleures actions sur lesquelles placer son argent, il faut s’assurer de certains fondamentaux pour espérer faire une plus-value intéressante en cas de vente de ses actions.

Plusieurs facteurs sont à prendre en compte :

Les bénéfices : l’entreprise doit pouvoir présenter un bilan positif et/ou une croissance de ses bénéfices sur les derniers mois. Les indicateurs sont au vert du côté de Twitter.

La position concurrentielle : un marché est par définition compétitif. Si l’entreprise est trop en retard sur ces concurrents, le risque peut alors être trop important. Ce point précis n’est pas en faveur de Twitter, mais la tendance pourrait être amenée à s’inverser si l’on en croit la volonté de Musk de différencier son réseau de tous les autres.

Le taux d’endettement : la plupart des entreprises ont des dettes, Amazon ou d’Uber en sont de parfaits exemples. Mais n’est pas Amazon qui veut, il faut donc se méfier d’un niveau d’endettement élevé par rapport aux fonds propres disponibles. La santé financière de Twitter est bonne.

Au 7 juillet 2022, Twitter avait une capitalisation boursière de plus de 29 milliards de dollars.

 

Acheter des actions Twitter peut être intéressant à condition de suivre attentivement ce qu’il va se passer du côté du clan Musk. Le rachat pourrait faire un grand bien au réseau social et booster sa cotation sur les marchés boursiers. Toujours est-il qu’avec ou sans Musk, Twitter dégage des bénéfices et est un acteur numérique sur lequel il faudra compter dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here