Accueil Placements bancaires Le Covid n'a pas bouleversé la hiérarchie des placements

Le Covid n’a pas bouleversé la hiérarchie des placements

La crise du Covid a amené les Français à épargner plus que d’habitude. Mais a-t-elle bousculé la hiérarchie des placements établie par nos compatriotes ? Selon la dernière enquête du Cercle de l’Epargne/IFOP/CECOP/Amphitéa et AG2R La Mondiale, 27 % des personnes interrogées ont élevé leur niveau d’épargne. Un pourcentage en hausse de cinq points par rapport à l’enquête similaire réalisée l’année passée. Où cette épargne Covid a-t-elle été placée ? Réponses.

Focus sur la hiérarchie des placements

Selon le document, « 62 % des Français jugent le placement immobilier intéressant. Ce dernier précède l’assurance vie (48 %) et les actions (39 %). La crise n’a pas affecté la hiérarchie des placements. Le Livret A reste au pied du podium (26 %) mais a gagné 11 points depuis le début de l’épidémie. La sécurité et la liquidité de ce dernier expliquent sans nul doute l’intérêt que lui porte une part croissante de la population. » Ce dernier est particulièrement prisé des jeunes de moins de 25 ans (à 45 %) contre seulement 20 % pour les plus de 50 ans. « Cet écart s’explique par le fait que pour de nombreux jeunes, le Livret A reste la porte d’entrée, parfois unique, dans le monde de l’épargne », estime l’enquête.

La percée du Bitcoin

Concernant la rentabilité des placements, là encore, la hiérarchie des placements est globalement respectée. Au total, précise l’étude « 39 % des Français placent l’investissement immobilier en tête, 20 % citent les actions qui précèdent les fonds euros de l’assurance vie (16 %). La bonne tenue de la bourse et la baisse du rendement des fonds euros expliquent ce passage de relais. » On notera, toutefois, la percée du Bitcoin qui séduit les jeunes. Ce sont 20 % des moins de 35 ans qui estiment ce placement rentable. D’ailleurs, en dehors de ce dernier, les Français estiment qu’entre février 2019 et septembre 2021 « tous les placements ont perdu en rentabilité sauf un, le Bitcoin ».

Faiblesse des taux d’intérêt

Alors que les taux d’intérêt sont historiquement bas, quels placements sont à privilégier ? Face à cette question, nos compatriotes établissent ainsi leur hiérarchie des placements. Ainsi, « l’immobilier constitue, pour 40 % des sondés, le placement à privilégier. Les livrets (25 %) qui sont très faiblement rémunérés arrivent, de manière surprenante, en deuxième position. À travers leurs réponses, les Français indiquent que la sécurité passe avant le rendement. Suivent l’assurance vie en fonds euros (21 %) et les actions (19 %). Pour 33 % des Français, aucun placement ne permet de se protéger de la baisse des taux. »

Les oubliés de l’épargne

A noter, enfin, que face au 27 % de Français qui affirment avoir épargné plus que d’habitude « 20 % des personnes interrogées déclarent avoir épargné « moins que d’habitude » , pourcentage identique à celui observé il y a un an. » Pour ces derniers, il ne saurait y avoir de hiérarchie des placements.

En fait souligne l’étude, « la propension à l’épargne Covid est fonction du niveau de revenus et de l’âge. 38 % des jeunes de moins de 24 ans déclarent avoir épargné plus, contre 24 % des plus de 50 ans. Les restrictions apportées aux commerces et aux sorties lors des confinements ont conduit les jeunes à épargner plus que d’habitude. 43 % des sondés gagnant plus de 4 000 euros ont indiqué avoir plus épargné durant la période de crise sanitaire ».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here