Accueil Immobilier Le crowdfunding immobilier crève les plafonds

Le crowdfunding immobilier crève les plafonds

Carton plein pour le crowdfunding immobilier. En 2021, celui-ci n’a pas connu la crise avec une collecte qui frôle le milliard d’euros. La progression globale est d’ailleurs colossale, comme le révèle le Baromètre du crowdfunding immobilier en France Fundimmo/HelloCrowdfunding.

Très précisément, ce sont 958 millions d’euros qui ont été collectés contre 505 millions en 2020, soit une progression de 89,70 %.

Dans le même temps, la progression du nombre de projets financés est aussi impressionnante. De 589 en 2020, ce dernier est passé à 1 065 en 2021, une hausse de 80,81 %.

Quant aux montants remboursés, ils sont aussi en forte croissance de 67 % par rapport à l’année 2020 à 301 millions d’euros pour 474 projets portés (contre 310 en 2020).

Le crowdfunding immobilier se démocratise

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seul, 2021 aura également soulignée une tendance forte du moment. Le crowdfundig immobilier poursuit sa démocratisation.

Le nombre d’investisseurs par collecte s’est porté à 313 en moyenne en 2021, contre 177 en 2020, avec un placement moyen de 2 871 euros (contre 4 711 euros en 2020).

Quant au taux de rendement annuel, il se maintient bien au-dessus de la plupart des placements : 9,21 % par an en 2021 contre 9,3% par an en 2020. Le rendement est extrêmement attractif. Rappelons toutefois que comme pour tout investissement à haut rendement, le crowdfunding immobilier comporte une risque de pertes pour l’investisseur.

L’Ile-de-France en tête

C’est l’Ile-de-France qui capte la majorité de la collecte avec 419 millions d’euros (contre 225 millions d’euros en 2020, soit une augmentation de 86%). Suivent la Région Sud avec 171 millions d’euros (+191 %) et l’Auvergne-Rhône-Alpes avec 118 millions d’euros collectés (+87 %).

Les opérations immobilières en résidentiel, qui représentent 81,7 % des projets financés en 2021 continuent à soutenir le marché. On trouve ensuite les bureaux (9,8 %), les commerces (9,7 %), l’hôtellerie (3,8 %), les projets d’aménagement (2,2 %) et l’activité/la logistique (1 %).

Un taux de défaut en baisse

Autre bonne nouvelle pour le crowdfunding immobilier, le taux de défaut moyen, calculé sur la base de projets ayant subi une perte en capital et/ou une perte des intérêts depuis 2012, s’est porté à 0,09 %, contre 0,16 % en 2020, soit une baisse de 0,07 point.

De leur côté, les taux de retard sont en légère augmentation. Celui de moins de 6 moins s’élève à 4,76 % (contre 4,4 % en 2020), et celui de plus de 6 mois de 6,61 % (contre 5,7% en 2020). Une situation que l’étude Fundimmo/HelloCrowdfunding attribue prioritairement à la crise sanitaire.

26 plateformes actives en 2021

Aujourd’hui, le marché du crowdfunding immobilier reste concentré autour de 7 plateformes majeures qui représentent plus des trois quarts de la collecte totale du marché. Suivent ensuite 9 plateformes de taille intermédiaire qui en représentent moins de 20 %. Puis 10 plateformes qui représentent un peu plus de 4% de part de marché. En 2021, seules 26 plateformes ont été actives.

Pour Jérémie Benmoussa, président du directoire de Fundimmo, pas de doute, « l’année 2021 a fait entrer le crowdfunding immobilier dans une nouvelle ère. Avec une collecte qui a quasi doublé d’une année sur l’autre pour approcher le milliard d’euros, il s’est imposé comme un levier incontournable pour les promoteurs et marchands de biens qui ont vu leurs besoins de financement fortement augmenter en fin d’année avec la hausse des délivrances de permis de construire ».

Et celui-ci de poursuivre : « Les professionnels sont désormais largement sensibilisés et les épargnants de plus en plus nombreux à se diriger vers ce produit pour diversifier leurs placements et faire fructifier leur patrimoine. »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here