Accueil Immobilier Le DPE, outil clé pour valoriser son bien immobilier

Le DPE, outil clé pour valoriser son bien immobilier

Le DPE (diagnostic de performance énergétique) tient une place de plus en plus centrale en matière d’investissement immobilier. Son importance est telle qu’une étude OpinionWay/Se Loger montre que 87 % des acheteurs accordent une importance particulière aux performances énergétiques d’un logement mis en vente. De plus, 61 % des investisseurs locatifs sont désormais très demandeurs d’informations concernant les aides à la rénovation énergétique dont ils peuvent bénéficier. Alors que depuis le premier juillet le DPE est devenu opposable, il est plus qu’impératif de ne pas le négliger. Nos explications.

Qu’est-ce-que le DPE ?

Réalisé par un professionnel (le diagnostiqueur) il permet d’évaluer la performance énergétique d’un logement. Il s’agit d’une obligation pour toute vente ou location de maison ou appartement.

Grâce au DPE, on obtient un état thermique de l’habitat grâce à une étiquette énergie (classement qui part de A et représente les performances les meilleures à G qui symbolise les passoires thermiques) et une étiquette climat (quantité de gaz à effet de serre GES). Sur ces bases, il permet également d’émettre des recommandations en termes d’actions d’économie d’énergie.

Quels sont les postes examinés ?

Pour établir le DPE, le diagnostiqueur va s’appuyer sur plusieurs critères comme les matériaux d’isolation, les points de fuite de la chaleur (portes, fenêtres…) ou bien encore, l’année de construction du logement. Trois postes de consommation du logement font, plus spécialement, l’objet de toute son attention. Il s’agit :

• De la production d’eau chaude sanitaire
• Du chauffage
• Du refroidissement

De plus, depuis le 1er juillet 2021, l’efficacité énergétique du logement est mise en valeur selon deux critères distincts : la consommation primaire d’énergie qui dépend principalement de l’isolation et son empreinte carbone déterminée par les émissions de gaz à effet de serre. C’est la moins bonne note des deux qui définira l’étiquette finale.

En conséquence, la FNAIM (Fédération Nationale du Logement) estime qu’avec le nouveau DPE, 40% des biens vont changer de classe entre le nouveau et l’ancien DP avec 200.000 logements chauffés au gaz et 600.000 logements chauffés au fioul qui vont devenir des logements énergivores (E, F et G).

Le DPE est désormais opposable, qu’est–ce-que cela veut dire ?

Selon les modifications apportées par la loi Elan du 23 novembre 2018, le DPE est également devenu opposable depuis le 1er juillet. Dans les faits, cela veut dire qu’un locataire qui estimera avoir été trompé, le logement étant plus énergivore que prévu, aura toute latitude pour se retourner contre son bailleur. A noter que dès 2022, le montant théorique des dépenses d’énergie devra être inscrit tant sur le bail, que sur les annonces de location.

Un argument de vente précieux

Un bon DPE, cela fait des propriétaires heureux. Ce dernier est, en effet, devenu un outil de choix pour valoriser un bien immobilier. Les enjeux énergétiques (on l’a vu plus haut) font désormais partie des préoccupations essentielles des acheteurs et des locataires. Du coup, un logement classé A ou B aura bien plus de chance de se vendre rapidement qu’un logement classé F ou G. C’est dire si le DPE peut constituer un argument de vente (ou de location) des plus précieux pour le propriétaire du bien.

La valeur verte des logements, une donnée incontournable

Signe des temps, la valeur verte des bâtiments est plus que jamais incontournable. En la matière, les pouvoirs publics font preuve d’une véritable volonté politique. Notamment dans la lutte contre les passoires thermiques.

Ainsi, la Loi énergie-climat du 8 novembre 2019 soumet les propriétaires-bailleurs et des acquéreurs de biens étiquetés F ou G à un nombre toujours plus grand de contraintes. Et à partir de 2028, des travaux seront obligatoires pour mettre en location ou pour mettre en vente un bien dont la consommation est supérieure à 331 kWh EP/m²/an.

De plus, à compter de 2025, les biens classés G ne feront plus partie des logements décents (2028 pour les biens étiquetés F, et 2034 pour ceux étiquetés E).

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here