Accueil Placements bancaires En France, l'épargne reste largement inégalitaire

En France, l’épargne reste largement inégalitaire

Qui épargne et comment ? C’est à cette question qu’entend répondre une récente étude  du Cercle de l’Epargne.

Premier constat. Ce sont les 20 % des ménages les plus aisés qui constituent l’épargne en France.

Ainsi, ce sont bien ces derniers qui détiennent des valeurs mobilières (actions et obligations). Si seuls 15% des ménages dans leur ensemble en ont fait l’acquisition, leur taux de détention est inférieur chez les 30 % les moins riches. En revanche, ce dernier grimpe avec le niveau de revenus puisque 40 % des 10 % de ménages les plus dotés possèdent des valeurs mobilières. Un taux qui monte à 70 % pour le 1 % des ménages les plus aisés.

Dans le même ordre d’idées, l’épargne retraite reste souscrite par les 1 % de ménages les plus aisées. Chez ces derniers, le taux de souscription s’élève à 51 %, contre seulement 4% pour ceux qui figurent de l’autre côté du spectre.

Focus sur l’épargne logement

Qu’en est-il de l’épargne logement ? Selon l’étude, celle-ci est principalement souscrite par les classes moyennes supérieures. Aujourd’hui, un tiers des ménages disposent d’un produit d’épargne logement (Plan d’Épargne Logement ou Compte d’Épargne Logement). Mais cette proportion dépasse 40 % pour les 40 % les lieux dotés en revenus. En fait, note le cercle de l’épargne « Le changement du régime fiscal en 2018 de ce produit a conduit à sa désaffectation par les ménages des classes moyennes ».

De son côté, l’assurance vie est plus également partagée. En moyenne, 45 % des ménages disposent. Une proportion qui monte à 72 % des 1 % les plus riches. Mais, remarque l’étude, « de nombreux ménages modestes en ont également souscrit un. Le taux est de 20% pour ceux figurant parmi les 20 % les plus modestes ». Pas étonnant, donc que l’assurance vie, produit largement diffusé qui bénéficie d’une fiscalité incitative, représente actuellement le produit préféré des ménages en volume avec plus de 1880 milliards d’euros d’encours.

L’âge, un facteur majeur

Les inégalités de patrimoine entre les ménages n’ont guère bougé par rapport à 2015. Leur patrimoine brut est majoritairement constitué de biens immobiliers (61%) et d’actifs financiers (20%). Dans cet ensemble, l’âge joue un facteur majeur. « Le patrimoine net moyen (déduction faite des emprunts en cours) passe de 38 500 euros pour les ménages dont la personne de référence a moins de 30 ans à 315 200 euros pour les ménages de sexagénaires. Plus de la moitié du patrimoine des ménages français est détenue par les plus de 55 ans. »

D’ailleurs poursuit l’étude, les 50/70 ans avec plus de 200 000 euros de patrimoine immobilier en sont les principaux détenteurs. Et côté patrimoine financier, « les épargnants les mieux dotés ont plus de 70 ans (82 600 euros en moyenne). »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here