Accueil Bourse & Marchés L'Europe va-t-elle suivre en cas de tapering américain ?

L’Europe va-t-elle suivre en cas de tapering américain ?

Tapering or not tapering, that is the question. Vraiment ? C’est peu dire que le discours de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale était attendu. Il n’aura au final donné que peu d’indications.

Le Tapering oui, mais quand ?

Le Tapering consiste pour les banques centrales à réduire progressivement le montant des achats d’actifs sur les marchés financiers. Il signifie, en d’autres termes, un coup de frein (plus ou moins sérieux) à la politique de relance menée par les Etats-Unis depuis les débuts de la crise du Covid-19.

Lors de la conférence économique annuelle de Jackson Hole, Jerome Powell s’est montré plutôt évasif. Si les bons chiffres de l’emploi venaient à se confirmer, il « pourrait être approprié » pour la banque centrale américaine de commencer à réduire ses 120 milliards d’achats mensuels de bons de Trésor américain et de titres adossés à des créances hypothécaires des « cette année ».

Les faucons à l’affût

Bref, on n’en saura pas plus, de quoi laisser les plus faucons de la Fed mécontents. Ceux-ci sont en effet favorables à un Tapering le plus précoce possible.

La reprise rapide de l’économie et l’inquiétude face à la hausse croissante des prix ont ouvert le débat dans l’organisme sur le risque de surchauffe dû à des stimuli excessifs et sur l’opportunité de commencer à réduire le rachat de dette dans un premier temps.pour faire face à une hausse des taux d’intérêt plus tard.

Ainsi, Loretta Mester de la Fed de Cleveland s’est prononcée pour que la banque centrale fasse l’annonce du Tapering, dès le mois de septembre afin « que nous commencions à réduire nos dépenses au cours de cette année », avec pour objectif d’en finir avec le programme d’achats d’actifs, dès la mi-2022.

Quels effets possibles sur les marchés financiers ?

L’inversion de la politique de la Fed pourrait avoir des conséquences négatives pour les marchés :

• Le Tapering pourrait engendrer une remontée brutale des taux d’intérêt. Les banques centrales font baisser les taux quand elles rachètent des titres sur les marchés financiers. Au contraire, elles risques de les faire remonter en procédant à leur revente.
• L’arrêt des achats d’actifs pourrait entraîner une diminution de la liquidité. En effet, les banques centrales créent de la monnaie pour acheter des titres. Par contre, elles détruisent cette monnaie lorsque ces titres sont cédés.

Les valeurs technologiques, par exemple, dont les multiples de valorisation reposent, partiellement, sur des hypothèses de taux d’intérêt, pourraient alors en faire les frais.

Et l’Europe dans tout ça ?

Il est clair qu’en cas de Tapering américain, la pression montera sur la BCE. Mais à Francfort, a-t-on réellement l’intention d’imiter le cousin américain ? Il ne semble pas qu’un Tapering européen soit à l’ordre du jour. La menace du variant delta, rendant l’horizon économique toujours incertain, et le retard dans l’allocation des fonds d’aide à la relance européenne sont, aujourd’hui, les deux priorités du Vieux continent. Et même si des signes, comme l’arrêt en France du « Quoi qu’il en coûte » semble remettre en question les politiques de soutien à l’économie, un coup de frein de l’Europe dans ce domaine ne semble pas à l’ordre du jour.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here