Accueil Placements bancaires Les Français à fond sur l’épargne

Les Français à fond sur l’épargne

La crise Covid a poussé les ménages français à épargner. La Guerre en Ukraine n’a fait qu’en renforcer la tendance. En témoigne les derniers chiffres de l’assurance vie. Le produit d’épargne préféré des Français a battu des records lors du premier trimestre de cette année 2022.

Epargne: focus sur l’assurance vie

Selon les chiffres publiés par France Assureurs, la collecte nette a atteint un niveau inégalé depuis 2011. Cela est vrai du premier trimestre où elle s’est établie à +8,4 milliards d’euros. Cela est également vrai pour le seul mois de mars à +2,2 milliards d’euros.

Sur le même mois, les cotisations en assurance vie se sont établit à 14,3 milliards d’euros, en hausse de +1,1 milliard d’euros par rapport à mars 2021. Elles augmentent à la fois en euros, avec une progression de +0,6 milliard d’euros à 8,8 milliards d’euros, et en unités de compte (UC), de +0,5 milliard d’euros pour atteindre 5,6 milliards d’euros. La part en unités de compte représente 39 % des cotisations sur le mois et 40 % depuis le début de l’année (39 % pour l’année 2021).

Fin mars, les encours des contrats d’assurance vie se sont portés à 1 857 milliards d’euros, soit une augmentation de 2 % sur un an.

Le Livret A séduit également

L’assurance vie n’est pas le seul vecteur à profiter de l’épargne des Français. C’est aussi le cas du Livret A et du LDDS (Livret de développement durable et solidaire) qui, eux aussi, volent de record en record. Pour ces deux produits, la collecte du mois de mars s’est portée à 3,67 milliards d’euros selon les données de la Caisse des Dépôts. En conséquence, l’encours total est désormais de 483,6 milliards d’euros, record battu pour le quatrième mois consécutif.

Rappelons que le Livret A est destiné à financer le logement social. De son côté, le LDDS a pour vocation l’économie solidaire et les économies d’énergie dans les logements. En février, en raison de l’inflation galopante, les taux de ces deux produits d’épargne, fixés par l’Etat, avaient été revalorisés, passant de 0,5 % à 1 %, le 1er février dernier. Une augmentation qui ne s’était pas produite depuis 10 ans et qui peut expliquer (au moins en partie) les bons résultats rencontrés.

Le poids de l’inflation

D’ailleurs, au vu de l’inflation qui ne cède pas (bien au contraire), le Livret A pourrait, exceptionnellement, être à nouveau revalorisé le 1er mai. Son taux de placement pourrait ainsi se voir augmenter d’un quart de point à 1,25 %.

Reste qu’au moment où nous écrivons ces lignes, aucune décision n’avait encore été prise par le gouvernement. Autre option pour ce dernier pour protéger l’épargne des ménages les moins aisés : ne procéder qu’une revalorisation du Livret d’Epargne Populaire dont le taux pourrait alors passer de 2,2% à 3,2 %.

Quoi qu’il en soit une chose est sûre. Malgré l’inflation, les ménages n’ont pas décidé de réduire leur effort d’épargne pour composer la hausse des prix à laquelle ils doivent désormais faire face. Qu’en sera-t-il les prochains mois ?

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here