Accueil Bourse & Marchés Sur les marchés européens, les IPO en souffrance

Sur les marchés européens, les IPO en souffrance

Gros coup de mou pour les IPO. Sur les marchés européens, ces dernières font triste mine. Après une année 2021 record, le volume des introductions en bourse a drastiquement chuté depuis le début de l’année 2022, selon les chiffres fournis par PwC.

Au cours du premier trimestre, les marchés européens ont totalisé 2,7 milliards d’euros d’émissions avec 28 IPO, contre 23,1 milliards d’euros levés pour 89 IPO à la même période l’année dernière. Les introductions en bourse couronnées de succès recouvrent différents secteurs.

C’est particulièrement le cas des technologies, des énergies renouvelables et de l’industrie. Les prix et les performances post-IPO ont été au cœur des préoccupations des investisseurs. Le premier trimestre a également été marqué par la cotation de plusieurs Special Purpose Acquisition Companies (SPAC) sur diverses bourses européennes.

IPO : un marché français rachitique

De son côté, le marché français s’est, également, caractérisé par des IPO en berne. En tout et pour tout, une seule opération sur Euronext et deux sur Euronext Growth pour 111 millions d’euros levés au total ont été enregistrées.

« Les marchés financiers demeurent très volatiles et le reste de l’année est très incertain. Les investisseurs sont de plus en plus sélectifs recherchant à la fois des sociétés prometteuses et résilientes, mais également respectant certains critères ESG » estime Philippe Kubisa, Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC France et Maghreb.

Au total, les interrogations des marchés demeurent toujours aussi prégnantes expliquant la dégradation de la situation. Les préoccupations autour de la valorisation des introductions en bourse et la hausse de l’inflation, du prix des matières premières, et des taux d’intérêt continuent de produire leurs effets délétères alors que le resserrement des politiques monétaires et les incertitudes provoquées par la guerre en Ukraine exacerbent les inquiétudes.

Aujourd’hui, précise-t-on chez PwC, « il est encore difficile de prévoir le retour de l’appétence pour les IPO. Malgré les liquidités que conservent les investisseurs, les risques inflationnistes restent une préoccupation majeure tandis que la volatilité du marché constitue un obstacle de taille à la fixation du prix d’une introduction en bourse ».

Comment participer

Si vous souhaitez participer à une introduction en bourse, comme toujours, pesez-bien le pour et le contre en fonction de vos objectifs et de votre profil en tant qu’investisseur. Rappelons que les actions comptent parmi les investissements financiers les plus risqués.

Parmi les principaux critères à examiner, figurent le business model de la société qui s’introduit en bourse et ses perspectives commerciales. D’autres éléments sont à vérifier comme par exemple la « santé » de ses ratios financiers ou bien encore le prix d’introduction.

Si vous décidez d’investir, il faudra, alors, vous rapprocher de votre banque ou de votre courtier bourse, en somme du professionnel auprès duquel vous disposer d’un compte-titres ou d’un PEA (attention, tous les titres ne sont pas éligibles au PEA). Il est également possible de choisir une détention des actions au nominatif pur ou au nominatif administré.

Pour connaître les IPO à venir deux adresses :

www.nasdaq.com/market-activity/ipos?tab=filings pour les Etats-Unis et https://live.euronext.com/en/ipo-showcase pour les introductions en bourse sur Euronext.

Les meilleures IPO de 2021 (après un lock-up de 93 jours) ont été les suivantes :
• Upstart : + 475%
• BioAtla : + 293%
• Doximity : + 231%
• D-local : + 224%
• Verve : + 215%

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here