Accueil Placements bancaires Placements financiers : quels meilleurs choix pour 2022 ?

Placements financiers : quels meilleurs choix pour 2022 ?

Alors que l’on vient d’atteindre la moitié de l’année 2022, quel suite pour vos placements financiers ? Livret A, assurance-vie, actions et crypto que peut-on envisager pour les mois à venir ? Tour d’horizon.

Placements financiers : bonne nouvelle pour le Livret A

Inflation oblige, le taux du Livret A devrait faire l’objet d’une nouvelle revalorisation au mois d’août. Une hausse que François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a confirmé le 31 mai, sans toutefois se prononcer sur l’amplitude de cette augmentation.

Il faudra, néanmoins, attendre le 15 juillet pour connaître la recommandation que la banque centrale française adressera au gouvernement. Certains analystes prédisent toutefois une hausse qui porterait le taux du placement préféré des Français à 2 % (celui-ci avait déjà l’objet d’une revalorisation en février dernier passant de 0,50 % à 1 %, il n’avait pas été augmenté depuis 2011). Toutefois même à 2 %, ce ne sera pas suffisant pour contrer la vertigineuse montée des prix, + 5,2 % sur un an au mois de mai.

L’assurance vie assure

Parmi les placements financiers, l’assurance vie, quant à elle, continue de voler de succès en succès. Une « routine » dans laquelle elle s’est installée depuis la crise du Covid 19 qui a vu les Français sur-épargner. Selon les chiffres publiés par France Assureurs, les cotisations en assurance vie se sont portées à 12,5 milliards d’euros. C’est certes 0,5 milliard de mois qu’en avril 2021.

Toutefois, parce que les retraits ont davantage diminué que les cotisations, la collecte nette a poursuivi son bonhomme de chemin positif et continué de progresser à 2,2 milliards d’euros, soit une hausse de 0,3 milliard d’euros par rapport à avril 2021. Les unités de compte constituent désormais 39 % des cotisations.

Le développement continu de l’assurance vie semble être assuré pour les mois à venir.

Actions : au secours Mme Irma

Evidemment, l’extrême volatilité des marchés rend toute anticipation de tendance quasiment impossible. La crise actuelle rend les actions très sensibles à la moindre nouvelle d’ordre économique.

La bourse joue au yoyo et bien malin qui pourra prédire la suite. On ne le dit jamais asse : les marchés boursiers figurent incontestablement parmi les placements financiers les plus risqués. Dans le long terme, ils superperforment (+ 14,6 % de TRI sur 40 ans). Mais, c’est aussi ceux sur lesquels les pertes peuvent être les plus conséquentes.

En attendant, il est toujours possible de gagner de l’argent sur des marchés baissiers. Investir dans des ETF ou dans des fonds structurés, classe d’actif dont le potentiel de gains peut être élevé et qui dépend d’un sous-jacent (actions, indices, …) peuvent se révéler des choix gagnants. Mais là encore, il n’y a pas de garanties.

L’incertitude économique devrait continuer à sévir pendant encore de longs mois entretenant la nervosité des marchés et rendant encore plus grands les risques.

Les cryptos dans la tourmente

Il est monté jusqu’à 68 500 dollars, il en vaut à peine 30 000 à l’heure où nous écrivons ces lignes. Le Bitcoin a complètement dévissé connaissant pratiquement 9 semaines de baisse consécutives et entraînant derrière lui les autres cryptomonnaies. Aujourd’hui, les analystes sont divisés quant à la suite des événements.

Certains prédisent que le marché va rester baissier, la valeur de Bitcoin s’installant dans une fourchette allant de 22 000 à 24 000 dollars, d’autres prévoient un rebond qui pourrait faire remonter la cryptomonnaie, dans un premier temps, à 35 000 dollars.

Quoi qu’il en soit, le marché des cryptos reste caractérisé par le rythme très élevé (peut-être le plus élevé de tous les placements financiers) des mouvements qui peuvent l’affecter à la hausse, comme à la baisse. En d’autres termes, l’incertitude reste quasi-totale concernant ce type de placements financiers.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here