Accueil Immobilier Prêt immobilier : la panne

Prêt immobilier : la panne

Le recul est encore plus prononcé que ce qui avait été anticipé. Selon les derniers chiffres de L’Observatoire crédit logement CSA, l’obtention d’un prêt immobilier relève désormais du parcours du combattant. Selon le document, le nombre de prêts accordés par les banques a chuté de manière drastique.

Prêt immobilier : une chute de 30 %

Sur les 9 premiers mois de l’année 2022, la baisse enregistrée est de 13,6 % comparé à la même période de l’année 2021. Mais, le seul troisième trimestre montre une accélération de la dégradation du marché avec une production de crédit en berne : – 27,7 % comparé au troisième trimestre 2021. Dans le détail, la chute est de 30 % concernant le marché du neuf et de 29,4 % concernant l’immobilier ancien.

Principal responsable désigné : le désormais trop fameux taux d’usure qui désigne le taux d’intérêt maximum auquel les banques peuvent prêter. Fixé par la Banque de France, il est calculé selon une formule mathématique fixe. Or selon les analystes, Sur les trois derniers mois, il a constitué un frein pour les banques les empêchant d’augmenter suffisamment leur taux pour contrer l’inflation galopante et rester rentables.

Comme le note L’Observatoire crédit logement CSA, « les conditions actuelles de refinancement ne permettent plus aux banques de garantir leur profitabilité en respectant les contraintes à l’octroi de nouveaux crédits ». En conséquence, de nombreuses demandes de prêt immobilier se sont vues opposer un refus, laissant au seuil de l’accession à la propriété de plus en plus de ménages.

Et les banques qui continuent à jouer le jeu imposent désormais de nouvelles conditions aux emprunteurs. Pour pouvoir recevoir une réponse positive à leur demande de prêt immobilier, les établissements financiers exigent désormais des apports plus importants.

Un apport personnel de plus en plus important

A ce sujet, les chiffres du courtier Cafpi sont très révélateurs. Selon ce dernier, l’apport personnel pour obtenir un prêt immobilier est désormais de 150 000 euros, somme conséquente dont, on en conviendra, tout le monde ne dispose pas.

Est-ce à dire que l’investissement dans la pierre, si prisé par les Français, est devenu totalement hors de portée ? Les difficultés d’obtention d’un  prêt immobilier ferment-elles définitivement l’accès au secteur ? Non, comme le prouvent d’autres chiffres. Ainsi, les SCPI ont enregistré d’excellentes performances.

Pour ces dernières, 2022 se présente même comme une année record, le précédent pic datant de 2019 (soit avant la crise Covid) avec un volume de 8,6 milliards d’euros collectés. Un montant qui devrait donc être dépassé cette année.

Les SCPI cartonnent

Sur le seul troisième trimestre, les SCPI ont totalisé 2,3 milliards d’euros de collecte nette (+47%) pour un total de 7,5 milliards d’euros captés depuis le début de l’année 2022.

Dans le même temps, de nouvelles solutions innovantes se présentent désormais pour permettre l’accession des épargnants à l’investissement immobilier.

C’est, par exemple, le cas avec la montée des propositions autour de la tokenisation de l’immobilier qui repose sur la technologie blockchain. Ce secteur est actuellement en plein développement. Il souffre toutefois d’une réelle méconnaissance le concernant et d’un réglementation qui est loin d’être stabilisée.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here