Accueil Valeur refuge Un ETF bitcoin fait son entrée à la Bourse de New York

Un ETF bitcoin fait son entrée à la Bourse de New York

Certains n’hésitent pas à qualifier la journée d’historique. Ce mardi 19 octobre 2021, pour la première fois à Wall Street, sous le sigle BITO, un fonds indiciel (ETF), qui suivra le marché à terme du bitcoin, devait être lancé par ProShares, une division du groupe ProFunds qui gère pour 29 milliards de dollars d’actifs et une douzaine d’ETF.

un ETF bitcoin pour un large segment d’investisseurs

« BITO offrira aux investisseurs la possibilité de s’exposer facilement aux rendements du bitcoin, via un compte de courtage […] ce qui élimine le besoin d’un compte sur une plateforme d’échanges de cryptomonnaie et d’un portefeuille crypto », explique-t-on du côté de ProShares.

Pour le PDG de la société, Michael Sapir, « une multitude d’investisseurs attendaient avec impatience le lancement d’un ETF lié au bitcoin après des années d’efforts pour y parvenir. BITO ouvrira l’exposition au bitcoin à un large segment d’investisseurs qui ont un compte de courtage et sont des habitués du marché des actions et des ETF ».
Porté par cette entrée en Bourse très attendue, le prix du bitcoin s’est envolé depuis un mois, gagnant quelque 40 % et approchant son record historique atteint il y a six mois à 64 870 dollars.

Pour autant, avec BITO, les investisseurs ne vont pas miser directement sur des bitcoins, mais vont placer leur argent dans un éventail de contrats à terme liés à la cryptomonnaie. Il ne s’agit pas donc pas d’investir directement dans les crypto. Un cas de figure, pour lequel la SEC, le gendarme américain de la Bourse, reste extrêmement réticent.

Depuis 2017, au moins 10 gestionnaires d’actifs ont demandé l’autorisation de lancer des ETF de bitcoin au comptant, ce qui donnerait aux investisseurs un moyen d’acheter eux-mêmes de la cryptomonnaie, plutôt que des dérivés qui y sont liés. Toutes les requêtes ont été rejetées par la Securities and Exchange Commission.

Rappelons que les ETF visent à répliquer les performances d’un indice boursier. Par exemple, un ETF ayant pour indice de référence le Dow Jones permettra d’investir dans toutes les entreprises du Dow Jones instantanément et simultanément. Sa performance sera équivalente à celle de l’indice. On parle d’un produit qui reste complexe. C’est pourquoi, le BITO s’adresse aux investisseurs avertis.

En Europe aussi

A noter qu’en août dernier, l’Autorité française des marchés financiers (AMF) avait déjà approuvé pour la première fois en Europe le lancement d’un fonds indiciel (ETF) adossé au bitcoin. Ce dernier ne reproduit pas la performance de la cryptomonnaie, mais suit une trentaine de valeurs dont l’activité y est liée, notamment des sociétés de minage.

Quoi qu’il en soit, tout cela prouve la légitimité de plus en plus grande acquise par les crypto au sein du monde financier. Aujourd’hui, aux Etats-Unis, quatre autres fournisseurs d’ETF sont sur les starting-blocks pour offrir le même type de service. Et de manière plus générale, ce sont les Etats qui songent maintenant à lancer leur propre cryptodevise.

Ainsi, la BCE a officiellement annoncé réfléchir à la création d’un euro numérique. La banque centrale de la zone euro envisage la monnaie comme un complément à son système monétaire existant, plutôt que de remplacer les espèces physiques ou de réduire le rôle des prêteurs commerciaux.

De son côté, la Chine, qui a un temps d’avance dans le domaine, a déjà testé le yuan numérique auprès de plusieurs millions de ses citoyens.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here